Vers la création d'un fond permanent et indépendant de soutien à la traduction ?

Vers la création d'un fond permanent et indépendant de soutien à la traduction ?

Le programme LEVE atténuera la pénurie d’outils pédagogiques en créole en s'appuyant sur la formation en traductologie de jeunes étudiants déjà diplômés en lettres ou en linguistique.

Mieux organiser la mutualisation de la traduction est un levier indispensable au traitement d’un volume significatif d’ouvrages sur une courte période. Nous pensons atteindre environ 1600 titres traduits, tous domaines confondus, sur les dix prochaines années. 

Le programme contribuera ainsi à dynamiser le système éducatif et à donner au créole la force d’une langue d’ouverture sur le monde en véhiculant la connaissance mondiale jusqu’aux haïtiens, dans leur propre langue maternelle.

fig1_10.png

Fig. 1 : Activité de traduction : production de livres électroniques bon marché - Prévisions sur 10 ans

 

Mais, le marché local présente actuellement une structure telle que le besoin et la demande existent sans être pour l’instant véritablement « solvables » en raison notamment d’autres priorités plus vitales.

Ce marché ne pourra pas, en l’état, absorber un tel niveau de production sans un dispositif d'amorçage subventionné. Par suite, l'établissement d’un modèle économique autonome en découlera, venant privilégier la production locale d’œuvres et d’outils conçus « nativement » en créole.

La cible visée est la création d’un fond indépendant et permanent initialement « soutenu » par les bonnes volontés mais, à terme, régulièrement alimenté par le produit de la vente à très bon marché ou des abonnements aux traductions publiées sous forme de livres électroniques. Ce fond permettra de reconduire chaque année et même de démultiplier la première cession de traductologie prévue en 2017, de manière à obtenir très rapidement un impact important sur le tissu économique local (ce à quoi nous nous attachons dès maintenant).

La trajectoire vers cette cible passe par :

  • la formation gratuite de cadres
  • la mise à disposition de compétences et de matériels existant déjà au sein des universités haïtiennes
  • l'appel au mécénat et la recherche de subventions auprès d'organisations qui co-opèrent dans le domaine de l’éducation, de la culture ou du développement
  • la mise en place sur dix ans d’une structure de traduction s’étoffant progressivement des diverses promotions de diplômés du programme LEVE jusqu’à une force de frappe d’environ 300 traducteurs professionnels, ou plus, en fonction des besoins et du niveau de développement économique atteint entre temps par Haïti.


:: Lire aussi ::

   Pourquoi avons-nous tant besoin de traducteurs ?

   Concours de traductologie LEVE : L'université Franco Haïtienne du Cap-Haïtien se mobilise