Programme de traductologie LEVE : Les universités se mobilisent

Programme de traductologie LEVE : Les universités se mobilisent

C'est en marge des Journées internationales des langues et cultures créoles et brésiliennes des 24-25 octobre 2016 à l'Université de Montpellier 3, que l’Université Franco-Haïtienne du Cap-Haïtien (UFCH) et l’association LEVE ont établi un partenariat afin de promouvoir la langue créole en tant que facteur de cohésion sociale et de développement en Haïti.

Ce partenariat, auquel participe également l'Université d'état d'Haïti (UEH), vise essentiellement à créer, en collaboration avec des professeurs de la communauté universitaire internationale, un programme de formation de traducteurs et de traductrices capables d’ouvrir aux créolophones un pan significatif du patrimoine intellectuel mondial par une traduction de grande qualité vers le créole haïtien.

govain.png

Renauld Govain, doyen de la Faculté de Linguistique Appliquée (FLA - UEH)

 

Depuis la promulgation en 1979 de l’alphabet et l’officialisation du créole au même titre que le français par sa Constitution de 1987, Haïti se retrouve face à un immense défi : la production de tous les documents administratifs et de ressources pédagogiques dans la langue créole parlée par tous les haïtiens afin que les locuteurs exclusivement créolophones ne soient plus lésés au plan économique et social. Il s'agit bien de faire tomber la barrière de la langue. Selon les dispositions de la constitution haïtienne, l'Académie du Créole Haïtien a enfin vu le jour le 4 décembre 2014. Cependant, avant même les recommandations de standardisation orthographique attendues de cette Académie, il convient que tout un chacun œuvre dans sa sphère de compétence propre et coopère à relever le défi.

C’est dans cette perspective que l'UEH et l’UFCH ont rejoint en fers de lance l’Association LEVE afin de proposer cette formation faisant partie du programme intitulé Traductologie LEVE. Livrable attendu : la production grandissante d’une profusion de ressources dont l’absence actuelle entrave le développement général d’Haïti et, plus particulièrement, le domaine de l’éducation.

A suivre...