Champ des études haïtiennes : nouvelles voies/voix

Champ des études haïtiennes : nouvelles voies/voix

 By Yann Kileveya

Après la première édition de mars 2018 à l'université de Montpellier, la deuxième session du "Champ des études haïtiennes" s'est tenue hier à Port-au prince à la direction des études post-graduées de l'université d'état d'Haïti.


La première Journée d’Etudes avait l’intention non seulement de favoriser d’autres perspectives sur Haïti que celles qui renvoient uniquement à l’image de l’un des pays les plus pauvres, les plus abîmés et les plus corrompus au monde, mais aussi de mettre en valeur le champ des études haïtiennes de façon interdisciplinaire et transversale dans ce qu’elles ont de plus créateur et de plus novateur.

 

Dans le même esprit, cette deuxième Journée d’Études s’est efforcée de mettre l’accent sur les différences, similarités et complémentarités entre les études haïtiennes telles qu’elles sont conçues et pratiquées dans les mondes nord-américain, européen, caribéen et bien sûr, plus particulièrement, haïtien. Le lien complexe qui lie la nation haïtienne, à travers son histoire et sa culture, à sa diaspora, a contribué à faire naître et à nourrir un intérêt pour les études et la création haïtiennes à l’extérieur d’Haïti. De manière non limitée, souvent complémentaire, nous nous sommes interrogés sur :

Comment ces études haïtiennes du dehors peuvent-elles servir les études haïtiennes en dedans, en Haïti ?
Comment peuvent-elles contribuer, dans leur multiplicité interdisciplinaire et transversale, à confronter le passé pour mieux affronter le présent et l’avenir, à analyser les contributions des intellectuels et scientifiques haïtiens au monde, à penser les risques auxquels Haïti est sans cesse confronté, et à examiner ce qui est généré par les crises pour mieux repenser le présent ?
De façon primordiale, comment peuvent-elles contribuer à faire naître de nouvelles voix / voies qui permettent d’aller de l’avant, tout à la fois ancrées en Haïti et trouvant un soutien et un écho en diaspora?

La première Journée d’étude à Montpellier avait permis des échanges fructueux entre Adine Barak (Editions CareOf Publishing), Claire Bourhis-Mariotti, Carlo Célius, Darline Cothière, Daniel Derivois, Renauld Govain, Frantz Gourdet (Editions Levé), Marie-Josée Jolivet, Yolaine Parisot, Claudine Raynaud, Jean-Eddy Saint-Paul, Jean-Marie Théodat et Frédéric Torterat.

https://emma.www.univ-montp3.fr/fr/evenements/journée-détude-haïti

 

Il n’est sans doute pas anodin que cette Journée d’étude du 22 octobre ait lieu juste après les Quarante ans de la Faculté de Linguistique Appliquée (17-18-19 octobre) et juste avant les Trente ans de Haitian Studies Association (8-10 novembre). Cette disposition devrait faire naître des possibilités de contact et de dialogue, des interrogations mais surtout des rencontres.


Accéder au programme